Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Politique

La première ministre britannique Theresa May dans la tourmente

Le première ministre britannique Theresa May tente de tenir le cap du Brexit alors que des scandales sont venus fragiliser son gouvernement. - AFP

14/11/2017 07:49

(RV) Entretien – Theresa May en pleine tourmente ! Les démissions se sont multipliées au sein du gouvernement de la Première ministre britannique. Déjà affaiblie par sa victoire étriquée en juin, elle doit faire face à de nouvelles difficultés alors que les négociations du Brexit patinent.

Pour des motifs divers, Theresa May a perdu deux de ses ministres. Le 1er novembre, c’est le ministre de la Défense, Michael Fallon, un de ses soutiens les plus solides qui présente sa démission. Il est mis en cause dans une affaire de harcèlement sexuel. Le 8 novembre, c’est au tour de la secrétaire d’État au développement international, Priti Patel de démissionner. Elle a rencontré des personnalités politiques israéliennes sans en informer le gouvernement. D’autres membres du cabinet pourraient faire les frais des scandales sexuels qui secouent actuellement plusieurs pays dans le sillage de l’affaire Weinstein, ce producteur d’Hollywood accusé de viols, d’agressions et harcèlements sexuels.

Or, ces soubresauts politiques arrivent au plus mauvais moment pour Theresa May : le gouvernement britannique ne parvient pas à faire avancer les négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Les Européens, tout comme les Britanniques, s’impatientent et aimeraient que ces discussions sortent de l’impasse. La Première ministre doit composer avec les partisans d’une sortie douce, et ceux d’une sortie dure de l’UE. Avoir une équipe renouvelée par des scandales n’aide donc pas à travailler en toute sérénité.

Dans ces conditions difficiles, Theresa May peut-elle encore tenir la barre ? C’est la question que Xavier Sartre a posée à Pauline Schnapper, professeure de civilisation britannique à l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

14/11/2017 07:49