Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Eglise \ Vie de l'Eglise

Le témoignage de don Maurizio Pallù, ancien otage au Nigéria

Don Maurizio Pallù embrassant un proche lors de son retour en Italie, le 19 octobre 2017. - ANSA

14/11/2017 19:07

(RV) Entretien - Don Maurizio Pallù, le prêtre capturé en octobre au Nigéria et libéré après quelques jours, a participé ce mardi matin à la messe avec le Pape François à la maison Sainte-Marthe.

Interrogé par le service italien de Radio Vatican, ce prêtre du diocèse de Rome, missionnaire en Afrique en tant que catéchiste du Chemin néocatéchuménal, a évoqué son désir de retourner en Afrique, l’aide reçue de la Vierge Marie durant sa captivité, et sa rencontre avec le Pape François :

«Cela a été très beau, j’y suis allé avec ma maman, qui aura 90 ans le 21 novembre, et avec les frères de l’équipe du Nigéria. (…) Il m’a demandé des nouvelles du Nigéria, il m’a demandé de porter dans le cœur, dans la prédication et dans la prière tous ceux qui souffrent : nous, grâce aux prières de tant de frères et d’aides reçues du Ciel, au fond nous avons été prisonniers pendant 5 jours, mais il y a de nombreuses personnes qui souffrent et meurent, et qui sont maltraitées. Ensuite, il m’a demandé. "Quand retournes-tu au Nigéria ?" Je lui a répondu: "le 1er décembre, je pense".

Donc, vous avez l’intention de retourner au Nigéria malgré les deux enlèvements que vous avez subis ?

Je désire retourner au Nigéria parce que je pense que maintenant le moment est très favorable. Le Chemin néocatéchuménal aide énormément les familles à travers l’annonce du kérygme et l’action des communautés chrétiennes. Le problème le plus sérieux de l’Afrique, c’est la famille, et reconstruire les familles chrétiennes, avec des jeunes qui ont le zèle et l’amour pour Jésus-Christ, peut apporter un changement du tissu social du Nigéria, et c’est ce que le démon ne veut pas. Le démon est en train de gouverner le Nigéria à travers la corruption, qui atteint des niveaux inouïs.

Vous avez dit que, durant ces journées de prison, vous avez reçu deux signes dde la présence maternelle de Marie. Quels sont-ils ?

Le premier, c’est quand nous avons été enlevés, le 12 octobre, parce que nous étions en train d’aller à Benin City, où il y avait une célébration très importante de l’Église nigériane. Les évêques nigérians ont re-consacré le Nigéria à la Vierge Marie, pour la deuxième fois. Quand ils nous ont pris – nous étions trois otages, et ils nous ont emmené dans la forêt - , je me suis demandé : voyons comment cette fois la Vierge Marie va défaire l’œuvre du démon. Et qu’est-ce que j’ai vu ? Ceci est le premier signe : j’ai vu, le 13 octobre, le jour d’après, que l’on pouvait ouvrir un dialogue avec le chef de la bande. Ils étaient huit, lui était le seul qui parlait anglais. Je lui ai dit : "Vous êtes mes frères, je prie pour vous". Ceci l’a détendu. Et il a dit : "Oui, prie pour moi". Mais il l’a dit avec conviction, pas juste comme ça en passant...

Vous vous êtes senti compris?

Oui, il m’a offert une cigarette. Je lui ai dit : "Mais, regarde, moi je préfère mes cigares toscans… Ensuite, si tu viens dans ma maison, je t’en donnerai un peu." Il s’est senti compris, oui. Et j’ai vu que dans les situations suivantes il nous a protégés. Il y avait dans la bande un homme vraiment sanguinaire, il frappait d’une façon inhumaine, l’autre otage, ce frère musulman. Le samedi, un jour après, cet homme est devenu encore plus pervers : la nuit, il a frappé d’une manière inhumaine cet otage…

Pourquoi la présence de Marie, alors ?

Parce que durant la nuit entre le samedi et le dimanche, moi je me suis trouvé à prier- entre autres, les moustiques ne permettaient pas de dormir, on dormait à l’air libre – et j’ai demandé l’aide de la Vierge Marie, de Carmen, la fondatrice du Chemin néocatéchuménal, et le jour d’après le chef de la bande a renvoyé à la maison cet homme sanguinaire, et deux autres. Avec quelle excuse, je ne sais pas, mais il les a renvoyés. Ensuite, l’autre élément que je dois citer, pour lequel je vois fortement la présence de la Vierge, reliée au miracle du soleil à Fatima, cela a été que le 13 octobre à Benin City, il semble que le soleil se soit mis en mouvement. J’ai vu des enregistrements. La conférence épiscopale nigériane a confirmé ce fait. Donc on peut dire une chose : le 13 octobre, la Vierge a donné le signe qu’elle veut porter Jésus-Christ – parce que la Vierge porte Jésus-Christ vainqueur de la mort- au Nigéria, à l’Afrique et au monde. Je repars avec un zèle redoublé, parce que je pense que la Vierge nous aidera à convertir l’Afrique, et ceci aidera le monde entier.

Extrait vidéo de l'interview (en italien):

14/11/2017 19:07