Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Activités

Audience générale: la messe est une prière, une rencontre avec le Seigneur

Le Pape arrivant en papamobile lors de l'audience générale du 15 novembre 2017. - AFP

15/11/2017 10:37

(RV) Lors de l’audience générale de ce matin, mercredi 15 novembre 2017, sur la Place Saint-Pierre, le Pape François a poursuivi sa nouvelle série de catéchèses sur la messe. Pour cette 2e étape, le Saint-Père s’est arrêté sur la messe comme «prière», c’est-à-dire comme une occasion de dialogue et de relation personnelle avec Dieu.

Le compte rendu de Cyprien Viet.

«La messe est prière, et c’est même la prière par excellence, la plus haute, la plus sublime, et en même temps la plus "concrète". C’est en effet la rencontre d’amour avec Dieu, à travers sa Parole et le Corps et le Sang de Jésus. C’est une rencontre avec le Seigneur», a martelé le Pape François.

Comme c’est écrit dans le Livre de la Genèse, «l’homme a été créé à l’image et à la ressemblance de Dieu, lequel est Père et Fils et Saint-Esprit». Cette dimension trinitaire doit nous permettre de comprendre que «nous avons tous été créés pour entrer dans une relation parfaite d’amour». Il faut pouvoir «expérimenter que la messe, l’eucharistie est le moment privilégié pour être avec Jésus, et à travers Lui, avec Dieu et avec les frères». Le Pape invite donc chacun à arriver en avance et à se tenir en prière en silence pour se préparer à cette rencontre. «Ce n’est pas le moment de bavarder» car la messe n’est pas «un spectacle».

Il faut savoir demander à Dieu de nous enseigner à prier, en étant humbles, en se reconnaissant comme ses enfants, en reposant en Lui, en lui faisant confiance… et en «se laissant surprendre». Aller à la messe pour prier, ce n’est pas visiter un musée ni répéter des paroles routinières, «comme des perroquets». Non, c’est «se confier et ouvrir le cœur pour se laisser émerveiller».

Malgré toutes nos activités et préoccupations, il ne faut pas «perdre de vue ce qui est fondamental : notre vie du cœur, notre vie spirituelle, notre vie qui est la rencontre avec le Seigneur dans la prière» et dans l’eucharistie, qui est le moment durant lequel le Seigneur rencontre notre fragilité et nous invite à Sa table, malgré toutes nos faiblesses.

(CV)

15/11/2017 10:37