Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Politique

La question des réfugiés au centre du voyage du Pape au Bangladesh

Le camp de réfugiés rohingyas de Balukhali, au Bangladesh. - REUTERS

01/12/2017 07:30

(RV) Entretien - Le Pape François, au premier jour de son voyage au Bangladesh, a exhorté hier à ne pas abandonner les réfugiés arrivés en masse de l’État birman de Rakhine. Dans son discours au gouvernement, aux autorités civiles et au corps diplomatique, le Saint-Père a salué «l’esprit de générosité et de solidarité (…) de la société du Bangladesh». Et il a appelé la communauté internationale à prendre des «mesures décisives face à cette grave crise».

Ces populations, communément appelées les Rohingyas, un terme controversé et que le Pape n’a pas prononcé, représentent une minorité musulmane qui vit principalement dans l’État de Rakhine, à l’ouest de la Birmanie. Les Rohingyas  sont apatrides. Plus de 600.000 d’entre eux ont fui les violences en Birmanie et se sont réfugiés au Bangladesh.

Le Saint-Père rencontrera certains d’entre eux cette après-midi dans le cadre de la rencontre interreligieuse et œcuménique pour la paix prévue à Dacca, la capitale du Bangladesh. Mais qui sont précisément les rohingyas? Et comment expliquer la crise actuelle ? Eléments de réponse avec Gabriel Defert, spécialiste de l’Asie du Sud-Est

(CV-HD)

01/12/2017 07:30