Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Pour approfondir \ Méditation Dominicale

Méditation du premier dimanche de l’Avent. Année B

P. Rigobert KYUNGU, SJ - RV

02/12/2017 17:59

Le Père jésuite Rigobert Kyungu, nous introduit à la médiation avec les lectures du Premier Dimanche de l’Avant. « Veiller c’est être fidèle à nos devoirs et assumer nos responsabilités pour la gloire de Dieu et le bien de l’humanité. »

(RV) Frères et sœurs, nous célébrons aujourd’hui le premier dimanche de l’Avent, qui marque aussi le début d’une nouvelle année liturgique, en l’occurrence l’année B. Les lectures de ce dimanche nous invitent à préparer la venue du Seigneur, que nous célébrerons le jour de Noël. Mais il s’agit aussi de sa venue à la fin des temps, et de sa venue imminente au moment où nous ne l’attendons pas. L’évangile nous exhorte ainsi à veiller et à ne pas nous endormir. La première lecture illustre bien ce que peut vouloir dire nous endormir. Isaïe montre comment les hommes de son temps ont oublié que Dieu est leur Père, qu’il est le potier et qu’ils sont comme de l’argile que Dieu façonne dans ses mains. Ils ont endurci leurs cœurs et n’invoquaient plus le nom du Seigneur.

Cette tendance humaine à vouloir vivre loin de Dieu est bien permanente et nous pouvons aussi la retrouver dans nos sociétés d’aujourd’hui. Face à l’absence apparente de Dieu, l’homme se croit être le maitre absolu du monde, et prétend trouver son bonheur en ignorant sa relation avec Dieu. Et le résultat est bien déplorable, car l’homme retombe facilement dans une vie de désordre, sans amour, et s’enlise dans la nuit du péché.

Pendant le temps de l’Avent, l’Eglise nous invite à sortir de nos ténèbres pour accueillir Jésus qui nous apporte la lumière de Dieu. Dans la deuxième lecture, Saint Paul rend grâces à Dieu pour les Corinthiens qui, ayant été comblés des richesses de la parole et de la connaissance de Dieu, vivent en communion avec Jésus. Et ce faisant, ils seront sans reproche au jour de la révélation de Dieu. Ils savent veiller et sont prêts pour la venue du Seigneur.

Frères et sœurs, l’appel à veiller est un encouragement à œuvrer et à prier pour ne pas succomber à la tentation. Car le Malin profite souvent de nos distractions pour nous éloigner de Dieu. Veiller c’est donc être vigilant et fort en face d’une quelconque sollicitation du Malin.

L’appel à veiller est aussi une invitation à être attentif envers notre prochain, car le Seigneur vient à notre rencontre chaque jour de notre vie à travers nos frères et sœurs, surtout ceux et celles qui sont le plus dans le besoin. L’exercice de la charité est un moyen concret pour exprimer notre vigilance et notre promptitude à rencontrer le Seigneur. Dans l’évangile, Jésus compare Dieu au maître qui est parti en voyage et qui a laissé du travail à chacun. Veiller c’est, en fin de compte, être fidèle à nos devoirs et assumer nos responsabilités pour la gloire de Dieu et le bien de l’humanité.

A la lumière des lectures de ce jour, demandons la grâce d’imiter les chrétiens de Corinthe qui vivaient en communion permanente avec Jésus. Que le Seigneur nous aide à rester vigilants pendant ce temps de l’Avent, et pendant toute notre vie. Amen.

CM

02/12/2017 17:59