Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Activités

François au Bangladesh, le regard d'un missionnaire de terrain

Le Pape François vit son dernier temps fort avec les jeunes du Bangladesh, le 2 décembre 2017.

02/12/2017 15:37

(RV) Entretien – Le Pape François a achevé ce samedi 2 décembre 2017 une semaine de voyage apostolique en Asie. Après la Birmanie, il s’est rendu au Bangladesh, pour une visite centrée sur le dialogue interreligieux notamment.

Le passage dans ce pays très majoritairement sunnite a également été l’occasion pour le Saint-Père d’encourager la petite communauté catholique locale. Il a rencontré les évêques vendredi, puis les prêtres, religieux, religieuses, consacrés, séminaristes et novices ce samedi matin.

Le père Riccardo Tobanelli a participé à cette rencontre et a pu échanger quelques mots avec le Pape. La veille, ce xavérien italien avait emmené certains enfants des rues dont il s’occupe à la messe présidée par le Pape au parc Suhrawardy Udyan.

Notre envoyé spécial Xavier Sartre, qui avait rencontré le père Tobanelli avant l'arrivée du Pape, l’a revu à la fin de ce voyage. Il nous livre ses impressions.

p.RT: Ça a été un beau moment pour moi parce que j’ai pu donner au Pape les chaussures recyclées des enfants des rues, qu’il a tenu entre ses mains. Mais j’ai aussi été enchanté des paroles de l’évêque de Rome, François, parce qu’il a mis le doigt sur de réels problèmes d’unité; il a parlé de comment nous devrions être comme Église, comme hiérarchie, comme peuple de Dieu.

Je pense qu’il essaye aussi de nous transmettre ce message: «il est clair que, en tant qu’Église, vous devriez être moins institutionnels, moins cléricaux entre guillemets, et davantage pasteurs».

RV: Au Bangladesh, les catholiques sont une très petite minorité. Mais le Pape a quand même fait la Une des journaux pendant deux, trois jours.

p.RT: Pour les gens, pour les médias, pour le pays tout entier, je pense que c’est un signe de paix. Le Pape a fortement apprécié ce pays qui, tout en étant à majorité musulmane, est capable d’aller de l’avant et de maintenir l’unité malgré les frictions potentielles entre ses différents groupes, ses différentes ethnies, ses différentes langues.

En somme, c’est un pays capable de maintenir l’unité dans la diversité. Et j’ai l’impression que c’est quelque chose qui a bien plu au Pape.

(SBL-XS)

02/12/2017 15:37