Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Politique

Brexit: l'accord avec l'Union européenne divise le Royaume-Uni

La première ministre britannique Theresa May doit affronter les critiques de son camp conservateur concernant la facture du divorce. - REUTERS

13/12/2017 08:37

(RV) Entretien - «Nous allons quitter l’Union européenne mais nous allons le faire en douceur et de manière ordonnée.» La Première ministre britannique a défendu ce lundi, devant la Chambre des communes, l’accord conclu vendredi avec l’Union européenne sur le Brexit. «C'est une bonne nouvelle pour les personnes qui ont voté en faveur de la sortie (de l'UE), qui craignaient que nous ne nous enlisions (...) mais également pour les gens qui ont voté pour le maintien (dans l'UE), qui redoutaient un naufrage», a encore déclaré Theresa May.

Mais cet accord, qui doit encore être entériné ce vendredi par les dirigeants des 27, est-il si bien reçu par les Britanniques? La réponse de Sophie Loussouarn, maitre de conférence à l’Université de Picardie, spécialiste de la politique britannique et auteur de de David Cameron: Un Conservateur du Vingt-et-unième siécle (Séguier, 2010).

Vendredi, les dirigeants européens devrait entériner l’accord conclu sept jours plus tôt. Mais ce feu vert ne débouchera pas immédiatement sur des négociations avec Londres sur la future relation commerciale entre l’UE et le Royaume-Uni. «Le Royaume-Uni doit dire clairement ce qu’il veut», a insisté le négociateur en chef de l'UE Michel Barnier. D’après l’AFP, les 27  prévoient d'entrer dans le vif du sujet en mars 2018 seulement. Ils pourraient en revanche discuter dès janvier de la transition de deux ans demandée par Theresa May afin d'éviter une rupture brutale après le départ du Royaume-Uni prévu le 29 mars 2019.

(SBL)

13/12/2017 08:37