Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Eglise \ Vie de l'Eglise

Vaincre la lèpre, 40 ans après le décès de Raoul Follereau

Un homme, atteint de la lèpre, attend devant un dispensaire de la Fondation Raoul Follereau à Pobe, au Bénin, le 12 janvier 2017. - AFP

16/12/2017 09:10

(RV) Entretien - Il y a un peu plus de quarante ans, le 6 décembre 1977, Raoul Follereau, décédait. La fondation qu’il a créée continue aujourd’hui son combat contre la lèpre et l’exclusion des malades.

La Fondation Raoul Follereau fait partie des quatorze organisations non-gouvernementales qui lutte contre la lèpre à travers le monde. Très présente en Afrique francophone et au Vietnam, elle agit aussi en France et en Italie dans le domaine de l’éducation et de la réinsertion professionnelle. Son objectif premier reste bien celui de combattre la lèpre, mais la fondation a élargi son action pour prendre en compte le malade dans son intégralité.

Aujourd’hui, 250 000 nouveaux cas de lèpre sont diagnostiqués à travers le monde. La très grande majorité se situe en Inde, pays continent de plus d’un milliard d’habitants. Six mille cas sont détectés en Afrique francophone, dont un millier en Côte d’Ivoire et 1 600 à Madagascar. La pauvreté reste le meilleur terreau pour cette maladie qui s’attaque à la peau et aux nerfs. Si ces derniers sont touchés, le malade peut rester infirme à vie. Ce sont les pieds, les mains et les yeux qui sont le plus fréquemment touchés.

La lèpre demeure une maladie mondiale. Malgré les énormes progrès réalisés du point de vue médical, un traitement a été mis au point à la fin des années 1970, des efforts sont encore à fournir. Michel Récipon, président du directoire de la Fondation Raoul Follereau revient avec Xavier Sartre sur ce qu’il reste à faire

 

16/12/2017 09:10