Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

lingua:

Home / Eglise

Appel du Pape François à la fin des violences en Centrafrique


Le pape François a appelé mercredi matin à "un arrêt immédiat des violences et des pillages" en Centrafrique, trois jours après le renversement du président François Bozizé, au pouvoir depuis dix ans. "Je suis avec attention la situation en Centrafrique. Je lance un appel pour que cessent immédiatement les violences et les pillages, et que soit trouvée au plus tôt une solution politique à la crise qui puisse redonner la paix", a-t-il affirmé lors de sa première audience générale devant des milliers de personnes rassemblées place Saint-Pierre, où il est arrivé à bord de la jeep papale.

Mais la première pensée du Pape François pour cette audience générale aura été pour Benoît XVI. « Je reçois le témoin des mains de mon prédécesseur bien aimé», et d’annoncer qu’il reprendra après Pâques le cycle des catéchèses consacrée à l’Année de la Foi, alors que cette première audience de son pontificat était centrée sur la Semaine Sainte.

Compte-rendu de Bernard Decottignies RealAudioMP3

« Comme il est pénible de voir tant de paroisses fermées, alors sortons, allons à la rencontre des autres pour porter la lumière et la joie de notre foi. Il faut que nous sortions toujours avec l’amour et la tendresse de Dieu » déclarait le Pape devant plusieurs dizaines de milliers de personnes rassemblées Place Saint-Pierre, sous un très beau soleil après quelques jours de pluies. « Parce que Jésus, a expliqué le Pape, n’a pas de maison, sa maison ce sont les gens, et sa mission est d’ouvrir à tous les portes de Dieu, être la présence d’amour de Dieu ».

« Nous nous mettons à disposition nos mains, nos pieds, notre cœur, mais c’est Dieu qui les guide ». Et d’ajouter : « L’Eglise ne doit pas se contenter des 99 brebis, mais sortir de la bergerie pour aller retrouver la brebis perdue ». Un mot d’ordre donc : sortir de soi-même, aller à la rencontre des autres, vers les périphéries, vers ceux qui sont plus loin, qui ont besoin de consolation et de soutien, car pour le Pape François, il faut absolument porter cette présence de Jésus Miséricordieux.

La logique de la Croix n’est pas avant tout celle de la douleur et de la mort, mais celle du don de soi qui engendre la vie ». Cessons de vivre notre foi fatiguée et routinière, enfermée dans nos schémas qui finissent par fermer l’horizon de l’action créatrice de Dieu ». ! La Semaine Sainte, concluait le Pape, est un temps de grâce que le Seigneur nous donne pour ouvrir les portes de nos cœurs, de nos vies, de nos paroisses, de nos mouvements, de nos associations, et ‘sortir’ vers les autres pour leur apporter la lumière et la joie de notre foi.

Une catéchèse du Pape François en italien, alors que pour toutes les autres langues, y compris l'espagnol, qui est sa langue maternelle, des résumés étaient lus par des prêtres, auxquels il ajoutait quelques mots personnels, toujours en italien et ensuite traduits.

Parmi les pèlerins ce matin sur la Place Saint-Pierre, un groupe important de jeunes universitaires réunis à Rome pour la semaine "Univ2013", une semaine de rencontres et débats sous la houlette spirituelle de l'Opus Dei. Pour l'occasion, les quelques 3 000 jeunes ont remis au Pape un film intitulé "Comment vivre la foi à 20 ans", en préparation à la Journée Mondiale de la Jeunesse de Rio de Janeiro en juillet prochain. Provenant de plus de 200 universités différentes, les jeunes de ce forum "Univ2013", qui en est à sa 46ème édition, réfléchissent durant toute cette semaine sainte sur le thème "Découvrir l'identité humaine dans le monde digital".