Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:

Home / Eglise

Mgr Léonard en prière face aux Femen


Les évêques belges ont dénoncé l’incident dont Mgr André-Joseph Léonard a été victime dans un auditoire de l'Université Libre de Bruxelles (ULB) le 23 avril, à l'occasion d'une conférence-débat sur la liberté d'expression religieuse. L'archevêque de Malines-Bruxelles avait été aspergé d'eau durant la soirée par des militantes seins nus du groupement Femen.

Quatre femmes ont débarqué dans la salle en brandissant des pancartes ou avec des inscriptions sur leur poitrine dénudée affirmant notamment: "Léonard y'en a marre" ou "Stop Homophobia". Elles ont aspergé le prélat à l'aide de flacons en forme de Vierge Marie. Mgr Léonard a gardé son calme préférant prier en attendant que le calme revienne.

Mgr Léonard et Guy Haarscher, professeur honoraire à l'ULB, donnaient une conférence sur le thème "Blasphème: offense ou liberté de s'exprimer". "L'attitude de quelques personnes hier soir manque à cet égard totalement de crédibilité et de sens civique et est en totale contradiction avec le thème du débat, et avec la manière dont l’Eglise catholique entend dialoguer dans un contexte pluraliste", indiquent les évêques dans un communiqué diffusé le 24 avril. Ils rappellent qu'un "débat démocratique sur des questions de société n'est possible que si on permet à chacun d'exposer ses idées dans le respect mutuel et la liberté d’expression".

Le texte des évêques de Belgique

« Les évêques de Belgique regrettent vivement l’incident dont Mgr André-Joseph Léonard a été victime dans un auditoire de l’ULB ce 23 avril à Bruxelles, à l’occasion d’une conférence-débat sur la liberté d’expression en matière religion.
Ils souhaitent exprimer leur solidarité avec leur confrère.
Ils rappellent qu’un débat démocratique sur des questions de société n’est possible que si on permet à chacun d’exposer ses idées dans le respect mutuel et la liberté d’expression.
L’attitude de quelques personnes hier soir manque à cet égard totalement de crédibilité et de sens civique et est en totale contradiction avec le thème du débat, et avec la manière dont l’Eglise catholique entend dialoguer dans un contexte pluraliste ».

(Avec Apic et Cathobel)