Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Radio Vatican

Home / Eglise

Le cardinal Tauran : « La communauté chrétienne est la plus persécutée au monde »


Vendredi 4 octobre se tenait le troisième et dernier jour de rencontres internationales à Rome célébrant le cinquantième anniversaire de l’encyclique Pacem in Terris. Les nombreux intervenants se sont penchés sur le thème : « La paix : nouveaux défis ». Le professeur Paul Bhatti, ancien ministre de l’harmonie religieuse nationale du Pakistan, a rappelé la situation difficile qui règne dans son pays, notamment pour la communauté chrétienne. Cette minorité doit faire face à de nombreuses restrictions des libertés fondamentales – a-t-il insisté – la loi sur le blasphème étant en partie responsable de cette situation. Cependant « les musulmans qui vivent au Pakistan subissent aux même titre que les chrétiens » la persécution des fondamentalistes religieux a souligné le l’intervenant pakistanais.

La persécution des chrétiens plus pernicieuse en occident

A noter l’intervention du président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux. Le cardinal Jean-Louis Tauran s’est focalisé sur la persécution des chrétiens dans le monde. « C’est la minorité la plus persécutée au monde à cause de leur foi » a lancé le prélat français. Le nombre de chrétiens persécutés dans le monde oscille entre 100 et 150 millions d’âmes. Ce chiffre, en hausse constante, fait du christianisme la religion la plus persécutée. « Parfois la persécution est plus pernicieuse – remarque le cardinal Tauran – comme en occident. C’est la tentative de limiter la religion à la sphère privée qui est notamment en cause ». Quelles sont les causes de cette discrimination des chrétiens ? Thomas Chabolle a posé la question au cardinal Tauran RealAudioMP3


"L’Église a toujours été persécutée. Tous les siècles il y a eu des persécutions. Aujourd’hui je dirais qu’on accuse souvent les chrétiens d’être d’une communauté qui est en réalité une cinquième colonne. Ensuite on leur reproche de dépendre de l’étranger car c’est le Pape qui est le chef de l’Église, qui nomme les évêques et donc les chrétiens, les catholiques en particulier ne sont pas de bons citoyens. Et ensuite on leur reproche de cultiver des valeurs qui ne sont pas les valeurs à la mode. Alors effectivement ça demande de la part des chrétiens d’avoir le courage de la différence."

"Vous avez parlé également d’une persécution des chrétiens plus pernicieuse notamment celle qui règne en Occident, quelle est-elle ?"

"C’est la tentative de limiter la religion au domaine privé ou que ça constitue une discrimination en ce qui concerne l’accès à l’enseignement supérieur ou à des postes d’activité économique et également la promotion de lois qui contredisent la nature de l’homme et la nature de la réalité cosmique."

"Vous avez parlé également de ceux qui persécutent, quelle est la réponse à apporter par rapport à ceux qui persécutent et que doit-on leur dire ?"

"De toute façon, il faut toujours parler, c’est le dialogue qui est la clef de la solution. Evidemment c’est très difficile. Pour nous c’est facile de le dire parce que nous sommes dans un autre contexte mais pour les chrétiens qui sont sur place c’est autre chose. Donc ils ont besoin d’être soutenus, il faut que quand le persécuteur s’acharne sur quelqu’un , il sache que derrière lui il y a des millions et des millions de chrétiens. Il faut parler, parler et dialoguer."