Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Radio Vatican

Home / Eglise

Le Père Lombardi conteste « L'homme qui ne voulait pas être Pape »


(RV) Le père Federico Lombardi, directeur du Bureau de presse du Saint-Siège et de Radio Vatican, a souhaité réagir à la publication, chez Albin Michel, du livre de Nicolas Diat, « L’homme qui ne voulait pas être Pape ». L’ouvrage contient en effet des accusations graves qui sont inexactes.

Tout en saluant les efforts déployés par l’auteur pour offrir un éclairage approfondi du pontificat de Benoît XVI, le père Lombardi critique la méthode et l’esprit qui animent ce livre et conteste la véridicité de certains passages. RealAudioMP3

Père Lombardi, pourquoi avez-vous souhaité réagir par rapport au livre de Nicolas Diat ?
C’est un livre qui a une certaine importance, je pense, surtout dans le milieu de la langue française et ça porte directement sur le Pape Benoît XVI et sur toute une série d’évènements très importants du Vatican. Dans le livre, il y a des accusations dont je suis convaincu qu’elles ne sont pas justes et qu’elles sont graves. Alors, je devais réagir en conscience.

Vous saluez l’effort qui a été fait pour analyser et approfondir le pontificat de Benoît XVI pour lequel Nicolas Diat semble avoir une admiration sincère mais vous avez justement, vous venez de le dire, des réserves au sujet de certains passages. Lesquels ?
Ce sont exactement des accusations précises contre une série de personnes nommées avec nom et prénom et qui ne sont pas fondées sur des éléments sûrs. Dans certains cas, les accusations sont absolument sans fondement ou sont faites sur des déclarations anonymes et ça n’est pas acceptable.

Vous déplorez les accusations fausses, inexactes, sans fondement mais vous déplorez aussi, je crois, la méthode qui consiste à ne pas citer les sources quand il s’agit de jugements négatifs et à citer toutes les personnes rencontrées à la fin du livre, en vrac.
C’est vrai, à la fin, il y a toute une série de remerciements des personnes et ce sont de situations totalement différentes. Il y a sûrement des personnes que l’auteur a longuement rencontrées et qui lui ont fait des confidences ou des témoignages mais il y en a d’autres qui ne l’ont pas rencontré personnellement. Il y a d’autres personnes qui ne s’identifient absolument pas avec l’orientation du livre et la façon avec laquelle des accusations y sont faites. Il y a d’autres personnes qui l’ont rencontré mais pour d’autres raisons. Alors, c’est vraiment une impression incorrecte qui est donnée avec cette série. Il semble qu’il y ait une grande convergence des témoignages qui appuient sa perspective et son œuvre.

Au-delà des accusations souvent graves qui sont adressées à certaines personnes, ce que vous regrettez aussi Père Lombardi, c’est que l’auteur, en ranimant une période douloureuse, ait d’une certaine manière trahit l’effort qui a été fait par Benoît XVI et puis par son successeur, le Pape François, pour clore définitivement ce chapitre.
Oui, exactement. En lisant le livre, en voyant des témoignages anonymes d’accusation très graves, je me sens comme replongé dans une atmosphère que Benoît XVI voulait sûrement dépasser définitivement. Et c’est la même atmosphère qui est alimentée par des discours que le Pape François appelle les « chiacchiere », c’est-à-dire qui sont des opinions sur les autres qui sont gravement dommageables pour leur réputation.

Déclaration du père Federico Lombardi, directeur du Bureau de presse du Saint-Siège et de Radio Vatican à propos d’un livre de Nicolas Diat.


Un ouvrage volumineux en français (Nicolas Diat : « L’homme qui ne voulait pas être Pape », chez Albin Michel) a été publié il y a quelques jours. C’est le fruit d’un travail de longue haleine, le résultat de nombreux entretiens entre l’Auteur et plusieurs personnalités ecclésiastiques. L’ouvrage offre un vaste panorama du pontificat du Pape Benoît XVI. Il évoque également le début du pontificat de son Successeur, mais, comme le titre l’indique, l’auteur a surtout voulu approfondir la pensée ainsi que la personnalité de Joseph Ratzinger, son esprit et ses intentions.

Le livre retrace les événements et fournit de nombreuses informations utiles pour les replacer dans leur contexte. Les interventions et les discours du Pape sont largement rapportés. L’Auteur les relit avec intelligence et analyse souvent en profondeur les intentions qui étaient à la base. Il s’appuie sur les nombreux témoignages personnels recueillis lors de ses conversations avec des témoins privilégiés et fiables.

Bref, le livre offre sans nul doute une contribution significative à la connaissance et à la compréhension du pontificat du Pape Benoît, dont l’Auteur est un admirateur sincère et un observateur attentif.

Mais l’Auteur ne s’arrête pas là. Inévitablement, il évoque à plusieurs reprises les faits et les personnes qui ont entouré le Pape. Le cadre général fait état des relations complexes, des difficultés, des tensions, des moments particulièrement difficiles, qui ont longtemps défrayé la chronique et suscité des débats. On ne peut certes pas parler de manière approfondie du pontificat du Pape Benoît XVI en faisant abstraction des vicissitudes qui ont atteint un niveau dramatique avec la soustraction de la part du majordome du Pape de documents réservés et leur publication.

C’est à ce niveau-là que l’ouvrage mérite de sérieuses critiques, lorsque, à plusieurs occasions, il prend pour cible des personnes précises, en les nommant, en leur attribuant explicitement des responsabilités très graves, sans un fondement certain ou – tout au moins dans certains cas – sans aucun fondement (deux exemples particulièrement graves : dans le cas du cardinal Mauro Piacenza, on parle par exemple de ses rencontres avec Paolo Gabriele qui n’ont jamais eu lieu ; en renfort des accusations qui sont adressées à un autre cardinal, on cite pour preuve un document « sino-allemand » qu’à l’époque, en connaissance de cause, j’avais qualifié de « délirant » ; et on pourrait citer d’autres exemples). L’Auteur laisse entendre qu’il se base sur les témoignages qu’il a recueillis et ajoute, à la fin de l’ouvrage, une longue liste de remerciements à l’égard de personnalités influentes, dont de nombreux cardinaux. Mais, alors que l’identité des auteurs des témoignages positifs est clairement indiquée, les déclarations négatives et les accusations les plus graves restent anonymes même lorsqu’elles sont placées entre guillemets. En outre, plusieurs personnalités qui sont remerciées à la fin du livre ont pris leur distance par rapport à cet ouvrage dans lequel elles ne se reconnaissent pas.

Finalement, l’impression qui en ressort est que Benoît XVI était entouré de démons. L’auteur semble avoir identifié quelques adversaires auxquels il pense avoir le droit d’adresser non seulement des critiques compréhensibles pour leurs erreurs ou pour des faits certifiés, mais aussi les accusations les plus atroces de trahison, en allant au-delà de ce qui a été prouvé, de ce qui est plausible et licite.

Dans ce sens, contrairement à son intention, ce livre ne fait pas la lumière sur les tensions et les ombres de Vatileaks et annexes, mais paradoxalement dans plusieurs de ses pages, il finit par en devenir une illustration et un prolongement.

Et pourtant, nous espérions en être sortis, grâce à deux Papes et à leur sagesse.

Par sa décision historique de renoncer au Pontificat, en nous élevant dans une autre dimension, le Pape Benoît a contribué aussi à surmonter définitivement le climat de bavardages, de médisances et de mesquinerie qui, malheureusement, avait accompagné et assombri la dernière partie de son pontificat. Le Pape Benoît, nous le savons, avait affronté avec patience et sagesse, l’aspect douloureux et obscur des événements de la dernière partie de son pontificat. Il avait souhaité pour son majordome un procès pénal et une peine équitable avant de le gracier pour mettre un point final, conclusif et évangéliquement apaisant à ce triste chapitre.
En chargeant une Commission de trois cardinaux de mener une enquête, il avait aussi voulu porter un regard objectif et impartial sur les événements, par le biais de contacts plus larges et complexes qui n’auraient pu trouver place dans le cadre d’un procès pénal. Cette enquête, elle aussi, s’est achevée avant la fin de son pontificat et, comme on le sait, ses conclusions ont été remises personnellement et exclusivement à son Successeur. Un acte d’une grande et admirable sagesse.

L’auteur du livre, qui est à coup sûr un grand admirateur du Pape Benoît, ne semble pas en revanche en être un bon disciple.

Par ailleurs, et cela devrait être absolument clair pour tous, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du monde ecclésiastique, le Pape François a acheminé son pontificat sur des voies nouvelles, en toute liberté par rapport au passé, en projetant l’Église vers la mission et en envisageant les « réformes » en fonction de ce caractère missionnaire, en s’efforçant de la libérer des pesanteurs et des mesquineries qui l’entravent dans des dynamiques autoréférentielles et mondaines.

Par conséquent, si l’on a su saisir l’esprit de Benoît et celui de François, on peut dire que l’exercice visant à ranimer le trouble, en soutenant des interprétations, des hypothèses ou pire en attribuant des responsabilités et en lançant des accusations qui sont loin d’être fondées, cet exercice va résolument à l’encontre de ce que les deux Papes ont voulu et veulent. Bien entendu, chacun est libre d’assumer la responsabilité de ses propos et d’écrire ce qu’il juge opportun. Mais permettez-moi de dire que quand le Pape François fustige les bavardages, qui peuvent aller jusqu’à la calomnie – il le fait souvent, comme on le sait, et il l’a fait à plusieurs reprises avec une fermeté particulière le dimanche 16 février – il pense aussi à ce type d’ouvrages et de discours.
Dommage ! Ce que l’Auteur dit de Benoît XVI est beau. Pourquoi le gâcher de cette façon ?