Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Activités

Audience générale : les pauvres font vivre l’espérance chrétienne

Le Pape lors de l'audience du mercredi le 8 février 2017 en salle Paul VI au Vatican. - REUTERS

08/02/2017 12:53

(RV) L’espérance chrétienne est source de réconfort mutuel et de paix. C’est sur ce thème que le Pape François a poursuivi son cycle de catéchèse lors de l’audience générale de ce mercredi 8 février. Devant un parterre de fidèles en Salle Paul VI au Vatican, le Saint-Père a souligné que ce sont les petits et les pauvres qui nous enseignent et font vivre cette espérance.

«Seuls ceux qui font l’expérience de la pauvreté espèrent et restent confiants dans le Seigneur». «Ce sont les pauvres, les simples, les petits et les marginalisés qui maintiennent l’espérance, car ils vivent chaque jour l’épreuve, la précarité et leurs propres limites» a constaté du Pape ce mercredi. Dans nos sociétés, «ce sont les derniers à nous l’enseigner» insiste-t-il. «Ce sont eux qui donnent le plus fort témoignage qu’au-delà de la tristesse et de la mort, le Seigneur aura le dernier mot».

S’appuyant sur la première lettre de l’Apôtre Paul aux Thessaloniciens, le Saint-Père le rappelle, «on n'apprend pas à espérer seul. C’est impossible». Car l’espérance, pour s’entretenir, a nécessairement besoin d'un «corps», poursuit-il.

Ce corps dans lequel les différents membres se soutiennent et s’animent les uns des autres, c’est l’Église tout entière, explique le Pape. Car l'espérance chrétienne, a non seulement un souffle individuel, mais aussi «communautaire».

Puisqu’il est «plus difficile d’espérer que de croire», puisqu’il ne peut y avoir d’espérance sans l’Esprit Saint, François invite à faire attention à ceux « qui sont les plus susceptibles de perdre espoir», car «le désespoir conduit à tant de mauvaises choses». C’est pour ces personnes-là, qui sont découragées, faibles, «déchirées par le poids de leurs péchés» que l’Église tout entière doit faire corps pour souffrir avec elles, être miséricordieuse et apporter «compassion et consolation».

Après l’Audience, le Pape a aussi évoqué la béatification le mardi 7 février de Juste Takayama Ukon, martyre japonais du XVIIè siècle proclamé bienheureux à Osaka au Japon. «Un merveilleux Exemple de la force dans la foi et du dévouement dans la charité». Il a également salué les pèlerins de langue française, assurant qu’il «serait tout cœur en communion avec les pèlerins qui, samedi, fêterons Notre-Dame de Lourdes, en particulier les malades» pour la 25è journée mondiale du malade.

(BH)

08/02/2017 12:53