Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Eglise \ Vie de l'Eglise

Venezuela: Mgr Auza appelle à l’organisation d’élections directes et libres

Mgr Bernardito Auza, observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations unies mais aussi auprès de l'Organisation des États américains. - RV

20/06/2017 20:13

(RV) Dans un discours à l’assemblée générale de l'Organisation des États américains mardi 20 juin 2017, dont il est l’observateur permanent du Saint-Siège, Mgr Bernardito Auza a réaffirmé la préoccupation de l’Église face à la situation au Venezuela. «Le Saint-Siège observe avec préoccupation comment, malgré les efforts réalisés et connus de tous, la situation a pris des teintes dramatiques ces derniers mois», note Mgr Auza, alors que 72 personnes sont mortes suite aux manifestations qui se succèdent dans le pays.

Il souligne que ce climat conflictuel a notamment touché l’Église catholique local, avec «des menaces contre les prêtres, des irruptions violentes durant les célébrations liturgiques, des accusations injustifiées contre les institutions ecclésiastiques et des attaques diffamatoires publiques contre certains évêques».

«Ne ménager aucun effort» pour une sortie de crise

Malgré cette situation, Mgr Auza considère qu’il ne faut «ménager aucun effort» pour aider le pays à sortir de ces graves crises politique, économique et sociale, comme y avait invité le Pape François le 30 avril dernier. Le nonce revient notamment sur l’engagement de l’Église pour résoudre la crise. «Sans cesser d’exhorter à la négociation, ni d’avertir des dangers des discours belliqueux et agressifs, le Saint-Siège a montré, à tout moment, sa disponibilité à collaborer à la recherche d’une solution pacifique, durable et viable à la crise vénézuélienne, sous la condition que le gouvernement et l’opposition le sollicitent formellement, comme c’est effectivement arrivé».

Il rappelle que suite à l’échec de l’application des accords obtenus en novembre dernier, le cardinal Pietro Parolin avait adressé le 1er décembre une lettre présentant quatre conditions à une sortie de crise. Le Secrétaire d’État du Saint-Siège demandait l’ouverture à l'aide sanitaire étrangère, l’établissement d'un calendrier électoral, le rétablissement des prérogatives du Parlement et la libération des opposants détenus.

Ces conditions, «à commencer par l’organisation d’élections directes, libres et transparentes» constituent toujours pour le Saint-Siège l’unique voix de sortie. Mgr Auza critique à ce sujet la décision du président Nicolas Maduro de convoquer une Assemblée constituante, qui «au lieu d’aider à résoudre les problèmes, présente le risque de les compliquer ultérieurement et met en danger le futur démocratique du pays».

(SBL)

20/06/2017 20:13